jeudi 5 décembre 2013

Julien BEAUMONT, Lagny-sur-Marne

Julien Achille BEAUMONT  est né le 27 avril 1874 à Lagny-sur-Marne. Il fut recensé à Coulommiers à l’âge de 21 ans le 12 Janvier 1915 et partit donc à la guerre immédiatement.
Il fut intégré dans le 36eRégiment  d’infanterie de ligne avec le grade de 2eme classe. Son régiment d'infanterie de ligne avait été constitué à la fin de l'Ancien Régime. Le régiment de Julien a énormément contribué à la Guerre Mondiale de 1914 à 1918. 
 
Il a notamment participé aux batailles de La Marne en  1914, l'Artois 1915 Verdun en 1916, l’Aillette en 1918 .

 
Notre soldat est mort lors du combat de Soissons appelé  « L’ECHEC DE CROUY ».  Le pont a été détruit par les Allemands, ce qui a  obligé les troupes à se replier à cause des passerelles et des ponts détruits, cette bataille a fait notamment d’importants dégâts matériels:   chars explosés,  perte de nombreux gros calibres , qui, à cause de leur manque de maniabilité n’ont pu être déplacés.

Mes recherches m'ont permis de trouver que Julien Achille Beaumont est mort lors de la contre-attaque des Allemands le 12 Janvier 1915
Mais son jugement " Mort pour la France" sera seulement rendu le 11 Août 1920 par le Tribunal de Meaux et transcrit le 21 Août.

Orhan UYAR, première S1



mercredi 4 décembre 2013

Marcel GERRIER (1893-1914), Thorigny-sur-Marne



GERRIER Marcel est né à Thorigny-sur-Marne, en Seine-et-Marne, le 6 septembre 1893. Il fut recensé en 1913 à Coulommiers, puis intégra le 25ème bataillon de chasseurs à pied en tant que soldat de 2ème classe.
Il décède le 24 Août 1914, tué à l’ennemi au combat de Péronne à Rouvrois-sur-Othain dans la Meuse (55). Il a par la suite été déclaré « Mort pour la France » sur le registre de Thorigny-sur-Marne le 17 juin 1920.
Grâce au site « Sépultures de guerre » j’ai  su que  Marcel GERRIER était enterré en Meurthe-et-Moselle dans la commune de Pierrepont, sa tombe porte le numéro 1124.

Inès COLIN,  1S3

Louis VERDIER, Lagny-sur-Marne

M.VERDIER Louis Alexandre est né le 10 septembre 1888 à Crécy-en-Brie en Seine et Marne. A l'âge de 20 ans, il est recensé à la base de Coulommiers. Il entre au grade de caporal dans le 76ème régiment d'infanterie. 
Il fut tué le 8 janvier 1915 à La Chalade, dans la Meuse, et déclaré « Mort pour la France » le 24 juillet 1920 à Lagny-sur-Marne. Ce régiment a existé du 1 août 1914 au 31 décembre 1918.

De 1914 à 1918, ce régiment a fait la Bataille de la Marne, et a participé à la Prise de Vauquois. Le caporal VERDIER a combattu 2 années et a participé à la Bataille de la Marne.
Il y a des lacunes dans le journal des marches et des opérations pendant 2 ans.

Malheureusement , son nom ne figure pas dans "sépultures de guerre" son corps n'a donc jamais été retrouvé. Seul le monument de Lagny lui rend hommage. 

Thibault VERDIER Première S1

 

Noël LECOT, Lagny-sur-Marne

LECOT Noel Eugène Albert est né le 24 Décembre 1886 à Dampmart. Il fut recensé en 1906 au centre de recensement de Coulommiers à l’âge de vingt ans.

Durant la 1ère Guerre Mondiale, il appartenait au 76ème Régiment d’Infanterie et il était soldat de 2ème Classe. Il a donc participé :
  • En 1914 à la bataille de la Marne
  • En 1915 à Prise de Vauquois
  • En 1916 à la bataille de Verdun et à la bataille de la Somme
Il fut tué à l’ennemi en 1916. En consultant le site « Sépultures de guerre », j’ai pu constater que son corps est inhumé à la Nécropole Nationale dans le Bois des Ouvrages à Cléry sur Somme où il est mort le 22 Septembre 1916.

Son décès a été porté sur le registre « Mort pour la France » le 17 Novembre 1916 dans la commune de Lagny-sur-Marne.


Julie VALENTIN première S1

vendredi 22 novembre 2013

Georges BALZAC , Lagny-sur-Marne

BALZAC GEORGES

Balzac Georges Alexandre est né le 26 novembre 1886 à Villeneuve-le-Comte en Seine-et-Marne.
Recensé à Coulommiers en 1905, il partit à la guerre 9 ans plus tard dans le 276 ème régiment d'Infanterie qui a été constitué le 2 aout 1914, regroupant 37 officiers, 184 sous-officiers, 2002 caporaux et soldats avec 2 bataillons (5eme et 6eme) et 2 sections mitrailleuses.


Il était soldat de 2nde Classe, son régiment fut envoyé au Combat de l'Echelle-Saint-Aubin (30 août), suivi du Combat d'Iverny (5 septembre) et enfin Combat de Crouy (10-12 janvier).

Il succombe le 10 janvier 1915 à l'ennemi au Combat de la Montagne-Neuve après le combat de Soissons.
Ci-dessous on a une carte qui situe les lieux, les dates et les combats de ce régiment.


Mathieu RALAMBOSON 1S1

Francisque DORION, Lagny-sur-Marne

DORION Francisque,de Lagny-sur-Marne,

est né le 28/03/1897 à Jossigny. Il a été recensé à Coulommiers en 1917, donc à l'âge de 20 ans. Il faisait partie du 4eme Régiment d’infanterie. Il est mort  le 16/04/1917 à Juvincourt, donc moins d'un an après être parti à la guerre. Il est déclaré "mort pour la France" le 22/07/1921. Le jugement a été rendu par le tribunal de Meaux.

Le 4eme Régiment d'infanterie a combattu de 1776 à 1918. Ce régiment aura participé à de nombreuses batailles pendant la 1ere Guerre Mondiale telle que la bataille de la Marne (5-13 septembre 1914), l'offensive d’Argonne, la bataille de Verdun ( d'octobre à décembre 1916) et la bataille de l'Oise. Ce ne sont pas les seules mais il y en a trop pour les énoncer toutes .

Maurice FERREAU, Thorigny-sur-Marne

Maurice FERREAU, né à Vaires le 2 juin 1889, a été recensé à Coulommiers et affecté au 94ème Régiment d’infanterie en tant que Soldat de Seconde classe. Il a participé à la bataille de la Marne qui a débuté le 6 septembre 1914. Mais malheureusement il décède le 21 mai 1916 au Mort Homme (Meuse) "tué à l'ennemi" d'après sa fiche individuelle, on peut donc en déduire qu'il est mort au combat.

Il est déclaré mort pour la France le 21 mai 1916. Ce jugement a été rendu le 9 juin 1921 par le tribunal de Meaux et transcrit le 28 juin 1921 à Thorigny-sur -Marne. Nous pouvons retracer son Histoire et celle de son unité ici avec ce pdf qui nous raconte la vie du 94éme régiment d'infanterie.

 Adrien GROSSI 1s1


COTEL Paul, LAGNY-SUR-MARNE

Paul COTEL  est né le 19 Mars 1881 à Lagny-sur-Marne.
 Il est recensé en 1901 à Coulommiers et intègre le deuxième bataillon de chasseurs à pied avec comme grade: deuxième classe. Il est tué à l'ennemi lors de la première guerre mondiale à Ripont le 30 septembre 1915. Il est déclaré "mort pour la France" le 24 Mars 1915 à Lagny et figure sur le monument aux morts de Lagny.
Il a combattu un an dans ce régiment et a participé à la bataille de la "Lorraine" et de la "Champagne". Ce régiment avait été créé en 1837 sous le règne de Louis-Philippe.


Damien CONCEICAO 1S1

mardi 19 novembre 2013

Louis LECHANTRE, Dampmart

Louis LECHANTRE est né le 22 août 1891 à Thorigny -sur-Marne, en Seine-et-Marne.

 Il à été recensé en 1911 à Coulommiers à l'âge de 20 ans. Quand la guerre commence, il fait partie du 89eme régiment d 'Infanterie. Il est tué à l'ennemi  à Bouchavernes dans la Meuse, le 5 octobre 1916, au grade de soldat de première classe. Il est enfin déclaré "mort pour la France" le 22 janvier 1920 à Dampmart, et figure donc sur le monument aux morts de cette commune.   

Il a combattu 4 ans dans ce régiment et participé à d'importantes batailles comme par exemple celle de la "Marne" de septembre 1914, de la "Somme" en novembre 1916 , "Revigny", les Ardennes...
Le 89e régiment d’infanterie de Ligne est une unité de l’armée française. Régiment à double héritage : régiment de Leisler et 14e léger, créé en 1690.


 Jonathan DALAS  1S1

Pierre CHANCENEST, Thorigny-sur-Marne





est né le 15 février 1889 à Provins en Seine-et-Marne, il est recensé en 1909 à Fontainebleau où il fut élevé au grade de 1er Canonnier  Conducteur. Il a appartenu au 30eme régiment d’artillerie.

Il était stationné à la caserne d’Orléans en 1914.  
 
 Il est malheureusement mort un an après le début de la guerre le 8 octobre 1915 à bord du navire hôpital «TCHAD» , suite à une maladie contractée en service. Il a été déclaré mort pour la France le 27 avril 1915 et inscrit au registre de Thorigny.

 
Il a participé à la bataille de « La Woëvre », « Hautes de meuse » en 1914 et la bataille d’« Argonne » en  mai-novembre  1915.
Le 30éme régiment  d’artillerie a combattu jusqu’à la fin de la guerre, il a participé  à la bataille du « Chemin des Dames » en avril 1917, à la bataille de Noyon  en mars 1918. 
Le 30éme régiment  d’artillerie a été dissout pendant la guerre froide.

Michaël BARGE 1s1



Louis QUENIN, Montévrain

Louis QUENIN (1894-1914), Montévrain

Louis QUENIN est né le 16 novembre 1894 à Montévrain en Seine-et-Marne. Il fut recensé à l'âge de 20 ans à Coulommiers. Il entre en  1914 en tant que Cavalier dans le 1er régiment de cavalerie légère. Ce soldat est mort le 11 octobre 1916 "dans une ambulance" (c'est-à-dire dans un poste de soins à proximité du front), à Caix-en-Somme, suite à des blessures de guerre. Il est déclaré mort pour la France dans sa commune natale le 30 janvier 1917.

Nous n'avons malheureusement que peu de renseignements sur son régiment. Le 1er régiment d'infanterie légère a notamment participé à la célèbre bataille de la Marne, les régiments du 78ème au 99ème ont hérité de ce régiment d'infanterie. Je n'ai trouvé aucune information sur le lieu de son corps en cherchant dans "Sépultures de guerre".

Damien MARCHAIS-SONG  première S1

Jean TRIOMPHE, Pomponne


Jean TRIOMPHE est né le 4 octobre 1879 dans le département de la Loire.
Il est recensé à Montbrison et participe à la première guerre mondiale dès le début de la guerre.
Jean était un soldat de 2nde classe faisant partie du 365ème régiment d 'infanterie, il participe donc à la bataille de Verdun et reçoit les félicitations du gouverneur de Verdun , malheureusement il meurt tué à l'ennemi dans l'Aisne le 2 août 1918,  c'est à dire peu avant l' armistice du 11 novembre 1918, il avait 39 ans .

Il est donc déclaré "mort pour la France" sur le registre de la commune de Pomponne  et son nom est donc sur le monument aux morts de cette commune.
Nous avons pu retrouver la trace de son corps et sa tombe se trouve à Ambleny.

Etienne PONE 1ère S1.

lundi 18 novembre 2013

MORTIER Georges, Lagny-sur-marne



Le nom du soldat Georges MORTIER apparait sur le monument aux morts de Lagny-sur-Marne.

Il est né en 1896 et mort en 1917 à l’âge de 21 ans .
Sur le site Mémoire des hommes du Ministère de la Défense, sa fiche ci-contre figure dans la rubrique « Mort pour la France ». On y découvre les informations suivantes : Il était du grade 2nd classe, son régiment était le 4ème bataillon de chasseurs à pieds, le centre de recrutement dont il dépendait était Coulommiers et sa date et lieu de naissance sont le 21 Janvier 1896 à Bussy-saint-Martin.

Il fait partie de la classe 1916 et il est finalement mort le 9 Mai 1917 à Braye en Laonnois (dans l'Aisne) dans les circonstances suivantes : «tué à l’ennemi », c'est-à-dire au combat.
Dans la partie inférieure, on peut voir des informations sur le jugement rendu, sur l’acte ou le jugement transcrit et le numéro du registre d’état civil.
Sur Wikipédia, les seules informations trouvées sur son bataillon sont qu’il a participé à la bataille de Morhange sous le commandement de Gustave Lacapelle en 1914.

Dans le journal de l’année 1917 de son bataillon, il est écrit que du 7 au 12 mai, son bataillon occupe le secteur de Braye qu'il est «chargé d’organiser défensivement » et le 9 mai 1917 (le jour de sa mort) il n’y a pas d’attaque référée. Donc on ne connait pas les circonstances exactes de sa mort.

dimanche 17 novembre 2013

MARTEAUX Alfred, Lagny

Alfred MARTEAUX (1889-1919) est né à Lagny, Seine-et-Marne, le 7 juillet 1889.

 Il a été recensé en 1909, à 20 ans, à Coulommiers. Il fut affecté au 58éme régiment d'infanterie, au début de la première guerre mondiale, donc à 25ans. Il était  soldat de 2ème classe de l'armée de terre. Il meurt à 30 ans de maladie, suite à ses blessure, en Kaoutchani (Turquie) en 1919. Il sera déclaré une année plus tard ,le 10 février 1920, "Mort pour la France" pour la commune de Lagny-sur-Marne et donc son nom se trouve sur le monument aux morts.

Le 58éme régiment d'infanterie (1667-1919) a participé à plusieurs grandes batailles telles que La Marne (1914), Champagne (1915)et Verdun (1916). Ce régiment n'est pas resté seulement en France , il est allé en Grèce (Salonique et Athènes 1917), Monastir (1917-1918), en Belgique (30 octobre 1918).
Abigail KOTEK, 1éreS3

Charles Eugène COUDART, Thorigny-sur-Marne

Eugène Charles COUDART

 Eugène Charles COUDART est né le 2 mai 1890. Celui ci avait 23 ans quand la guerre éclata, il fut recensé à Coulommiers en même temps que son frère Gabriel André COUDART qui appartenait au 360ème régiment d'infanterie  . Ce soldat de 2ème classe, Eugène Charles, faisait partie du 94e régiment d'infanterie qui avait était créé en 1709 et qui fut dissout en 1993. Ce régiment était l'ancien régiment royal de Bavière.

En 1914 pendant la mobilisation pour la 1ère guerre mondiale contre l'armée allemande, le 94ème régiment d'infanterie donne naissance au 294ème régiment d'infanterie.

L'ancien régiment royal de Bavière fut l'acteur de nombreux combats :
 -Il prit part à la bataille de la Marne, dès Septembre 1914
- Il participa à la grande offensive de Champagne en septembre 1915,
-A la bataille de la Somme en 1916,
-Il participa à la grande bataille de Verdun de 1916 à 1917,
-et termina par la bataille d’Amiens en 1918

Cependant, Eugène Charles COUDART ne put participer à tous ces combats : il disparut à Peroyse en Belgique le 25 octobre 1914. L'historique de son régiment ne permet pas de déterminer une quelconque offensive lors de sa mort. De plus, le corps d'Eugène Charles COUDART ne fut jamais retrouvé. Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Thorigny d’où il était originaire. Ces monuments rendent hommage aux hommes qui se sont battus pour leur pays.

MDIDECH Ellias, 1èreS1 


LICHTENBERGER Lucien, Lagny

Lucien Eugène LICHTENBERGER est né à Lagny-sur-Marne le 13 Février 1891. Recensé à Coulommiers en 1911 , il a rejoint le 167ème Régiment d'Infanterie au début de la guerre, en tant que soldat de 2ème classe.

Le 167e RI a notamment participé à la Seconde Bataille de Champagne, une grande bataille très meurtrière qui a duré 2 semaines. Lucien Lichtenberger meurt tué à l'ennemi à Saint-Thomas le 25 Septembre 1915, premier jour de cette bataille. Il avait alors 24 ans.

Il a été déclaré mort pour la France le 18 Décembre 1915, à Lagny-sur-Marne. Son corps n'a pas été retrouvé, il n'a donc pas de tombe personnelle, mais son nom est inscrit sur le monument aux morts de Lagny.

Ségolène TATIN, 1ère S1

samedi 16 novembre 2013

Paul BONTEMPS, Bussy-St-Georges

Paul BONTEMPS, soldat de deuxième classe du 294e régiment d'infanterie recensé à Coulommiers.

Il est né le 22 Mai 1891 à Bussy-St-Georges et mort pour la France le 7 Novembre 1918.

 Paul Jules Bontemps, mort pour la France est mort à l'hôpital de Weidenau en Wesphalie (Allemagne) suite à une maladie contractée en captivité. Il est probablement enterré là-bas.

 Il a participé à différents combats:

-la bataille de la Marne en 1914.

-en 1915 son régiment participe à la seconde bataille de Champagne dans le cadre de la grande offensive de Champagne. Le 25 Septembre, le régiment gagne au jour ses emplacements de combat.

-en 1916 ce régiment d'Infanterie prend part à la bataille de Verdun  qui eut lieu du 21 Février au 19 Décembre 1916 .

-la bataille de la Somme , confrontation opposant les Britanniques et les Français aux Allemands en 1916 lors de la première guerre mondiale

Drapeau emblématique du régiment

-la bataille du Chemin des Dames, seconde bataille de l'Aisne commencée le 16 Avril 1917. Puis le 14 Janvier 1918 le régiment reprend son ancien secteur selon(Wikipédia). Je ne sais pas si  Paul Bontemps a participé à toutes ces batailles car j'ignore quand il avait  été fait prisonnier.

Son nom figure sur le monument aux morts de Bussy-St-Georges.

Prince DIDOUNGOU première S1

Ahmed BEN MOHAMMED, inhumé au cimetière de Montévrain

Ahmed BEN MOHAMMED est présumé né en 1897 à Alger, la capitale de l'Algérie.
L'Algérie est à l'époque colonisée par la France depuis 1848.

Il avait environ 17 ans lorsque la Première guerre mondiale éclata.
Il était soldat durant ce conflit dans le 2ème régiment de tirailleurs algériens.
Nous n'avons pas d'information sur sa date et le lieu de recrutement,nous savons juste qu'il a bien été recruté par la France, durant la première guerre mondiale.

Les tirailleurs algériens, appelés aussi Turcos, étaient des unités d’infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique, réunissant les pays d'Afrique du Nord colonisés par la France, qui dépendait de l’armée de terre française.
Au cours de la Première Guerre mondiale, l’Armée d’Afrique envoie près de 300 000 soldats combattre en Europe dont 190 000 Maghrébins.

Au prétexte de  leurs qualités guerrières, les troupes de l'Armée d'Afrique ont été choisies pour participer aux combats les plus durs sur le front de France chaque fois que la situation l'exige.
Son régiment a participé à plusieurs batailles dont les plus importantes sont la bataille de la Marne vers Charleroi en 1914, la seconde bataille de Champagne en 1915,la célèbre bataille de Verdun en 1916 et 1917 et diverses batailles de villes françaises en août 1918 ( Moreuil, Chauny, Noyon, Ternier)

Ahmed Ben Mohammed est mort  le 4 août 1918 vers l'âge de 21 ans. Suite à de graves blessures, il a été transféré à l'hôpital militaire de Montévrain puis est enterré dans le cimetière de la ville devant une stèle musulmane.

Son acte de jugement "mort pour la France" a été transmis le 15 mai 1920 en Algérie,plus précisément à la ville de Sidi aissa.
La première guerre mondiale s'achève le 11 novembre 1918.
155 221 Algériens et Tunisiens ont combattu au front parmi les 14 régiments de tirailleurs algériens et le nombre de tués s'élève à 35 900 soit un taux de perte de 23 %.

Le drapeau du 2e régiment de tirailleurs algériens est l'un des quatre drapeaux de régiments de l'armée française décorés de la Médaille militaire car ce régiment d'assaut s'est distingué par les traditions de l'arme blanche et de la baïonnette française.
Le baron des Lyons de Feuchin écrit en 1924 dans son Rapport sur le Bilan des Pertes en Morts et en Blessés des Nations Belligérantes à propos des tirailleurs algériens : "Le rôle joué pendant la grande guerre par les indigènes algériens a été grand, leur sang s'est mêlé au sang français sur tous les champs de bataille, leur acquérant des droits légitimes par des sacrifices communs."

Walid ERRAMI, première S1















Lucien GERMIN, Montévrain

Lucien GERMIN est né le 21 Juin 1897 à Montévrain. Il fut recensé à Coulommiers dès l'âge de 20 ans, c'est à dire en l'an 1917.

Il intègre alors le 36e Régiment d'infanterie de ligne dans lequel il a le grade de 2e classe. Avant cela, il était dans le 54e régiment d'infanterie territoriale. Son régiment d'infanterie de ligne avait été constitué à la fin de l'Ancien Régime. Ce régiment a contribué à l'effort national de guerre de la Première Guerre Mondiale de 1914 à 1918. Son groupe a participé à la bataille de la Marne (septembre 1914). Quant à notre soldat, il a participé à la bataille du Chemin des Dames (décembre 1917) et à la bataille de Lassigny (août 1918)…

Il est mort le 28 Septembre 1918 à Champagne (Marne), tué à l'ennemi. Lucien Germin aura donc été sur le front 1 an. Il est déclaré « Mort pour la France » le 6 Avril 1919 sur le registre de Montévrain en Seine-et-Marne.
En faisant des recherches sur l'histoire de son régiment, je n'ai pas trouvé de bataille qui corresponde avec la date de sa mort. J'ai alors appris que son régiment est passé à la 121e division d'infanterie. Germin Lucien est mort lorsque son groupe combattait depuis Le Chemin des Dames jusqu'à l'Ailette du 28 septembre au 5 novembre 1918. 

Malheureusement, il m'est impossible de connaître les circonstances de sa mort car le journal des opérations de son infanterie (la 121e ) ne semble pas décrire les évènements au-delà de l'année 1916. De plus, le corps de Germin Lucien n'a pas été retrouvé...

Thibault  WANDJI 1 S1

Auguste Louis DEKER

 Auguste Louis DEKER est né le 23 juillet 1882 à Saint-Thibault en Seine-et-Marne. Il est recensé à l'âge de 20 à Coulommiers en 1902 dans le 76ème régiment d'infanterie. Durant la première guerre mondiale, il est tué au combat le 6 juin 1915 à Vauquois dans la Meuse au grade de 2ème classe et est déclaré mort 4 ans plus tard, le 19 octobre 1919, et inscrit sur le registre des morts pour la France à Thorigny.

 La guerre de 1914-1918 offrit au 76ème régiment d'infanterie, dans laquelle il servait, l’occasion d’exploits qui lui valurent deux nouvelles inscriptions au drapeau. Elles commémoreront les luttes sanglantes pour la prise de la butte de VAUQUOIS dans l’ARGONNE, du 17 février au 06 juin 1915, et les combats dans la SOMME, du 23 au 27 septembre 1916.

 L’année 1918 fut la plus éprouvante, car souvent le régiment se trouva en première ligne, sur l’axe des coups de boutoirs par lesquels les Allemands essayaient d’arracher la victoire : le 22 mars, il fut engagé dans l’Aisne pour barrer la route de NOYON, là où le front s’était effondré entre français et britanniques (ce qui valut au 1er bataillon une citation à l’ordre de l’Armée), du 09 au 14 juin, il supporta le choc d’une offensive dans l’OISE, du 15 au 17 juillet, c’est sur la MARNE entre EPERNAY et CHATEAU THIERRY qu’il fallut enrayer la dernière grande offensive ennemie. 

 Malgré des pertes élevées, le 76ème remplit toujours sa mission. Et lors de l’offensive de la victoire, en octobre 1918, les combats de MONTHOIS dans l’ARGONNE lui coûtèrent encore des centaines de tués et blessés. Durant la Grande Guerre, le régiment perdit au total 2 486 tués, dont 59 officiers.

 Malheureusement, il n'y a pas de précision sur les circonstances de sa mort. Le corps de l'ancien 2ème classe Auguste DEKER se trouve aujourd'hui en France et est enterré dans la Nécropole Nationale de Vauquois.

Philippe RASOAMAHENINA 1ère S1

vendredi 15 novembre 2013

Alexis BERGER, Lagny-sur-Marne


Alexis BERGER: son nom figure sur le monument aux morts de Lagny-Sur-Marne.
Alexis Berger est né le 7 Août 1891, à Lagny, Seine et Marne. Il fut recensé à Coulommiers en 1911, son numéro de matricule est 464. Alexis Berger a appartenu au 94ème Régiment d’Infanterie, qui est l’héritier de la garde impériale, c’est pourquoi il porte le nom Grenadiers de la Garde ou « La Garde ».

Il était soldat de première classe, ce qui correspond au premier grade, c’est la première distinction. Étant un simple soldat on ne trouve que peu de chose sur lui. Mais par rapport à la date de sa mort et aux batailles effectuées par son régiment ; on peut supposer qu’il a effectué deux batailles à la suite desquelles il sera fait captif. Les batailles auxquelles il aurait participé sont la première bataille de La Marne qui se déroule entre le 5 et le 12 Septembre 1914. Et la bataille de l’Yser, qui regroupe plusieurs combats qui ont eu lieu entre le 17 et le 31 Octobre 1914.

À la suite de sa captivité Alexis Berger va contracter une maladie, dont il meurt le 4 Juillet 1915 ; au Lazaret* de réserve à Ingolstadt en Allemagne (ex Prusse). Le jugement qui déclare Alexis Berger mort pour la France, fut rendu le 11 Août 1920, par le Tribunal de Meaux et ce jugement fut transcrit le 30 Août 1920 à Lagny-Sur-Marne (Seine et Marne).

*En Allemagne, un lazaret est un hôpital militaire 

Auxane MARTINS 1 S3








Eugène VANGRAMBEREN (1896-1917) Lagny-Sur-Marne

Eugène Edouard VANGRANBEREN est un soldat de la Première Guerre Mondiale.

Il est né le 26 Août 1896 à Lagny-Sur-Marne en Seine-et-Marne. C'est un soldat de 2nde classe. Il a été recensé en 1916 à Coulommiers. Ce soldat a été intégré au 5ème Bataillon des Chasseurs. Il est décédé le 1er Août 1917 à la bataille du Chemin des Dames dans l'Aisne. Il a été déclaré "mort pour la France" le 22 octobre 1917 à Lagny-Sur-Marne.
Le 5ème Bataillon des Chasseurs est notamment réputé pour sa présence en 1917 sur la Bataille de la Malmaison et en 1918 sur la Bataille d'Origny mais aussi pour sa présence sur la Bataille du Chemin des Dames où notre soldat a donné sa vie pour la France.

Il n'existe aucune information sur les circonstances de sa mort. Selon l'historique de son bataillon, il est mort deux jours après l'attaque et l'avance dans la région ferme de la Royère, Epine de Chevrigny. Et de plus, la recherche sur le site "sépulture de guerre" n'a donné aucun résultat. Cela signifie que son corps n'a jamais été retrouvé ou tout au moins identifié.
Il n'y a donc plus que le monument aux morts de Lagny-Sur-Marne qui garde en mémoire et célèbre Eugène Vangramberen et tous les autres soldats morts pour la France.


Claire HAUTECOEUR 1S3

Fiche de la déclaration de décès du soldat Eugène Edouard Vangramberen

Alexandre BEAU , lagny-sur-marne

Né le 17/11/1896 à Vanves (département de la Seine ), Alexandre BEAU entre dans le 23ème régiment d'infanterie coloniale (RIC) en tant que soldat de 2ème classe. 

Il est alors recensé à Coulommiers. Tué à l'ennemi, il décède le 15 octobre 1918 à Goasmont (département des Ardennes) . Un an après, le 15 juin 1919 son inscription au registre des morts pour la France est transcrite à Lagny en Seine-et-Marne.

Le 1er octobre 1902 avait eu lieu la création du 23ème régiment d'infanterie coloniale, unité de l'armée française, recréé sous le nom du 23 ème régiment d'infanterie de marine puis sous le nom du 23ème bataillon d'infanterie de marine le 11 juillet 1979.

Le soldat BEAU Alexandre a vécu pendant toute la première guerre mondiale. Il s'est  battu lors de grandes et nombreuses batailles . 

En 1914 , à l'âge de 18 ans seulement il participa aux batailles des frontières et de la Marne, en 1916 à la bataille de Somme et en 1917 à la bataille du Chemin des Dames.
De plus, le 17 février 1919 son régiment reçoit la fourragère aux couleurs de la médaille militaire .



                                                                 Insigne régimentaire

Malheureusement, son nom ne figure pas dans "sépulture de guerre" son corps n'a donc jamais été retrouvé. Seul le monument de Lagny lui rend hommage .

Clémence CALVO 1ère S1



Alfred BLOCH (1878-1918), Lagny-sur-Marne

BLOCH Alfred (1878-1918)

Né le 1er  juillet 1878 à Senones. Il avait le grade de maréchal des logis.

Il appartenait au 64e régiment d’artillerie de défense contre les aéronefs.

Au début de la guerre, les avions étaient rares. IL y avait donc peu d’attaques aériennes, mais dès 1916 des dirigeables Allemands attaquent Paris, en bombardant Belleville et Ménilmontant.

Le 14 septembre 1916, la dépêche ministérielle n°35.121-3/3 regroupe tous les moyens de défense anti-aérienne dans le 64e régiment.

Ce corps ne comprend qu’un état major et 14 batteries de tirs . Il est basé à la caserne de Tourelle à Paris. Il emploie 150 officiers et 5000 Hommes.

C’est le tout 1er régiment d’artillerie de défense contre les aéronefs.
En effet les progrès techniques vont permettre à l’aviation militaire de se développer.

Son régiment marque alors un tournant dans les techniques de guerre.

 le 64é régiment, ne participe pas à des batailles sur le front ,mais joue un rôle important dans la défense de Paris.

Il regroupe surtout des soldats des plus vieilles classes.

Etant né en 1878 , Alfred Bloch était encore mobilisé à 40 ans .

 J’ignore à combien de batailles il a participé ,mais dans la région de Lagny-sur-Marne son régiment a participé à des batailles ,comme la nuit du 30 au 31 janvier 1918.


Alfred Bloch décède d’une maladie contractée en service,

A l’hôpital Saint -Joseph de Lagny. Etant mort à l'hôpital,

son corps n’a pas été perdu. Cependant , j’ignore ou se trouve sa tombe.

Manon STORCH, première S3

Henri CHAUMONNOT, Thorigny-sur-Marne

Chaumonnot Henri Paul Edmond

Chomonnot Henri est né en 1879 à Thorigny-sur-Marne et était capitaine. Il a été recensé à Melun 628. Il faisait partie du 60ème Bataillon de Chasseurs à Pied. Il est mort le 9 Novembre 1914 à Bixschoote en Belgique. Le corps n'a pas été retrouvé, nous pouvons donc supposer qu'il est mort suite à une attaque d'obus. Il a participé à de nombreuses batailles notamment en août celui de Vosges-Saales, valée de la Bruche, Donon, la Croix Brignon, le 25 août-4 Septembre la Bataille de l'Artois, Nouville-Vitasse, Archivourt, Marceuil, en Novembre la mêllée des Flandres, Merville et Bixschoote (là où il est mort).
Il faisait partie du 60° Bataillon des Chasseurs à Pied qui était un régiment de réserve. Ce que nous pouvons dire sur son régiment c'est que les chefs de corps étaient : 1914: Capitaine Bernard, 1914-1915: Capitaine Barthe, 1914: Chef de Bataillon Boisselet, 1915: Capitaine X, 1915-1916: Chef de Bataillon Plaissiart, 1915: Capitaine X, 1916-1917: Chef de Bataillon Belleculée, 1917: Capitaine Dumay,1917-1918: Chef de Bataillon See, 1918: Poitier. Le 4 août 1914 regroupement du 21° corps d'armée, puis une dissolution en 1919. En 1939 recréation du 60° Bataillon de Chasseur à Pied, en 1942 dissolution en même temps que l'armée d'armistice. Ils avaient pour refrain: "Vingtième bataillon, commandant Cambriels les chasseurs à pied ont des ailes"

UYAR Ertugrul 1 S1

Charles HUYARD, Montévrain

                                                HUYARD Charles Francis Louis (1880-1917)

Charles Francis Louis HUYARD est né le 7 septembre 1880 à Chanteloup , il fut recensé à l'âge de 20 ans en tant que soldat ( réformé ) en 1900 à Coulommiers , il a fait partie du 16e régiment d'infanterie. Il est mort le 18 mai 1917 à Montévrain pendant son service , il a eu une tuberculose pulmonaire .On n'a pas retrouvé le corps de l'homme c'est pour cela qu'il n'a pas de sépulture mais du moin il a été graver sur le monument au mort à Montévrain .

Le 16e régiment d'infanterie de ligne est un régiment français créé à la fin de L'Ancien Régime à partir de bataillons du régiment de Béarn , il existe donc depuis 1776 et puis est dissout en 1921 . Charles Huyard a donc participé a de nombreuse bataille entre 1914-1917 comme la bataille de verdun en mars 1916.

CHIA Maxime 1S3
André COTTIN , Thorigny sur Marne .

André COTTIN est né le 28 décembre 1897 à Meaux , en Seine et Marne . Il est recruté à Coulommiers en 1917 , il est alors âgé de 20 ans . Il entre dans le 2è groupe d'aviation en tant que soldat. Il décède le 3 mai 1919 à l'hôpital militaire Gama-à-Toul ( Meurthe et Moselle ) suite à une maladie contractée lors de son service . Il sera déclaré « Mort pour la France » le 9 mai 1919 à Thorigny sur marne . Il apparaît aujourd'hui sur le registre de cette commune.

Malheureusement je n'ai trouvé aucune information sur l'histoire du 2è groupe d'aviation , cependant grâce à la « Base des personnels de l'aéronautique militaire » j'ai appris que André COTTIN est entré en service actif le 16 août 1917 .



Le site « Sépultures de guerre » ne m'a donné aucun résultat . Cela signifie que son corps n'a pas été retrouvé ou n'a pas été identifié.

Pauline HAMEL 1S3

Louis LEBLANC, Lagny-sur-Marne


Louis Leblanc est né le 30 décembre 1880 à Lagny en Seine-et-Marne. Il a été recensé en 1898 soit à l'âge de 18 ans à Coulommiers. Il était 2e canonnier servant, ce qui signifie qu'il était un soldat affecté à une pièce d'artillerie, du 5e régiment d'artillerie à pied.

La devise de ce régiment était : «  S'ensevelir sous les ruines du fort plutôt que de se rendre ». Dans chaque régiment d'artillerie à pied les hommes devaient servir de nombreuses batteries de tir, qui n'ont pas eu le même parcours durant la guerre de 14-18 du fait qu'elles étaient séparées.
Dans le lien ci-dessous, toutes les batailles et les événement survenus à chaque batteries du 5e régiment sont inscrites ainsi que le nom des hommes ayant fait partie de ce régiment.

Je n'ai pas pu trouver à quelle batterie Louis Leblanc était intégré durant cette période. Cependant le 5e régiment d'artillerie à pied a participé à la bataille de la Marne, aux combats autour de Mulhouse dans l'année 1914. En 1915, ce régiment a été souvent présent dans la Meuse où ce soldat est mort le 7 janvier, à l'hôpital de Ligny-en_Barrois, suite à une blessure de guerre.
Je n'ai pas trouvé plus d'informations quant à sa mort et son parcours durant la première mondiale.


CARRARA Coraly 1S3

NGUYEN Dieu, inhumé dans le carré militaire du cimetière de Montévrain

Nguyen Dieu est né en 1880 à Mai-Chu, situé au nord du Vietnam actuel.A l'époque, c'était le Tonkin.
En 1884, le Vietnam intègre l'Indochine Français suite à la colonisation par le Second Empire.
Il est recruté à l'âge de 25 ans, à Thai-Binh.

Durant la 1ère guerre mondiale, les colonies françaises ont joué un rôle important, fournissant aux Alliés, des soldats, de la main-d'oeuvre et des matières premières.
Il y aurait eu 49 000 Indochinois parmi les 600 000 hommes des troupes coloniaux.
Pendant la guerre, il était Sergent dans le Train des Equipages en travaillant dans les dépôts des isolés coloniaux.

Le Train des Equipages, créé en 1807 par Napoléon 1er, est une section qui organise et coordonne la logistique, le transport (matériel, munitions et ravitaillement) et l’appui au mouvement (notamment la circulation routière) de l'armée de terre française.
Les dépôts des isolés servent à fournir militairement les soldats loin de leur bases.

Il est mort le 23 juillet 1918 suite à des brûlures à cause d'un accident, sûrement dans le dépôt des isolés où étaient déposées plusieurs armes et des munitions.
Il a été déclaré mort pour la France sur le registre de la commune de Montévrain le 7 avril 1921.
Il est enterré à Montévrain car il était transféré à l'hôpital militaire de cette commune après son accident.
Il est mort pour la France, sans avoir participé physiquement à une bataille, mais en assurant l'appui des troupes françaises pendant cette guerre.

Lucas NGUYEN 1s1

BELLE Pierre, Lagny sur Marne

Il est né le 24 janvier 1892 à Lagny-sur-Marne. Recensé à Coulommiers, il est caporal dans le 31eme régiment d'infanterie.Il fut tué par l'ennemi le 14 septembre 1916 alors qu'il avait 24 ans à Bouchavesnes durant la bataille de la Somme, bataille très sanglante. Néanmoins, il fut déclaré mort seulement le 12 novembre 1920 par la commune de Lagny.

 Son bataillon fut rattaché à la 10eme division d'infanterie durant toute cette guerre. Ce régiment a principalement combattu dans le secteur de la Meuse en 1914, celui de l'Argonne en 1915, et enfin celui de Vauquois pendant l'année 1916. La bataille la plus importante à laquelle il a participé est celle de la Somme. Le corps de BELLE Pierre ne fut jamais retrouvé, il n'a donc pas d'autre sépulture que le monument aux morts de Lagny-sur-Marne.

Sébastien Bernard, première S3.

STEIMETZ Eugène , MONTEVRAIN

Sur le monument de ma commune , MONTEVRAIN, j'ai relevé le nom d'un soldat mort pendant la première guerre mondiale du nom de Steimetz E.

 En consultant sa fiche individuelle sur le site « Mémoires des Hommes » j'ai pu apprendre qu'Eugène Odolphe Steimetz est né le 10 juillet 1893 à Chanteloup et qu'il est mort le 17 mai 1915, tué à l'ennemi et déclaré " Mort pour la France " à la commune de Montévrain le 15 septembre 1915. J'ai pu aussi apprendre qu'il était 2nd classe de son régiment, le 20e bataillon de chasseur à pied (dit BCP), qu'il a rejoint en 1913 à Coulommiers. On peut donc constater que ce soldat a combattu durant environ 1 an et demi. Ainsi en consultant l'histoire de son régiment sur Wikipédia, j'ai pu apprendre les batailles auxquels il a participé telles que La bataille du col de la Chipotte (en août 1914), la bataille de la Marne (en septembre 1914)et enfin la bataille de l'Artois.

 En lisant le Journal des Marches et Opérations de son régiment le mois de sa mort j'ai pu apprendre qu'en mai 1915, une grande offensive se préparait dans l'Artois. A l'heure fixée, sous le feu de l'ennemi, les trois lignes allemande sont prises et le but de la 20e BCP est atteint. Malheureusement, de nombreuses pertes sont à déclarer; 5 officiers et 102 chasseurs tués ainsi que de nombreux blessés. On peut donc deviner que c'est pendant cette dernière offensive que le soldat Steimetz a perdu la vie. En recherchant son nom dans le site "sépultures de guerre" j’apprends  que son corps n'a pas été retrouvé et qu'il n'a donc pas de tombe existante. Il a donc seulement le monument aux morts de Montevrain pour lui rendre hommage.

A la mémoire des morts durant la guerre, Par Sandrine NORET 1S3

Léon DEVAUX, Thorigny

DEVAUX Léon est né le 24 Juin 1894 à Magny-en -Vexin dans les Yvelines. Il a été recruté au début de la guerre, en juin 1914 à Coulommiers à l'âge de 20 ans. Il a fait partie du 76ème régiment d'infanterie, au grade de 2nde classe. Il a participé à la 1ère bataille de la Marne qui a eu lieu du 5 au 12 septembre 1914. Il a été tué à l'ennemi le 21 décembre 1914 à Bolante dans la forêt d'Argonne dans la Meuse. Il a été déclaré «mort pour la France» le 1er février 1916 à Thorigny sur Marne. Son corps n'a jamais été retrouvé, il n'a donc pas de sépulture.

Cet homme n'a pas combattu longtemps (6 mois).
Alicia

DUVAL Auguste (1879-1917)

DUVAL Auguste est né le 18 décembre 1879 à Saint Paul le Gaultier dans la Sarthe. Il a été recensé à Mamers en 1899 à l’âge de 20 ans. Il appartient au 317ème régiment d’infanterie en tant que seconde classe. Il meurt dans une ambulance (à l'hôpital) près de Villiers Mamery, suite à des blessures de guerre le 2 novembre 1917. Il a été déclaré « Mort pour la France » le 27 mars 1918 à Thorigny sur Marne.

 Le 317ème régiment d’infanterie est issu du 117ème régiment d’infanterie. Il a existé de 1914 à 1918. DUVAL Auguste n’aura participé qu’à la Première Guerre Mondiale. Mais il aura participé à de nombreuses batailles telles que les Opérations de la IIIème et IVème armée Virton, la seconde bataille de Champagne en 1915 et la bataille de la Marne en 1916. Enfin, je n’ai trouvé aucun document permettant de voir où il est enterré. Aussi, son corps n’a pas été retrouvé ou identifié car il n’est pas répertorié sur le site « Sépultures de guerre ». Le monument aux morts de Thorigny-sur-Marne est la seule trace de ce soldat.

CHARBONNIERAS Julie 1S3

VANGRAMBEREN Alfred, Lagny sur Marne

Alfred Louis VANGRAMBEREN est un des hommes qui ont combattu lors de la 1ère guerre mondiale.

 Son nom se trouve sur le monument aux morts de la commune de Lagny-sur-Marne. Alfred Vangramberen est né le 12 janvier 1895 à Chalifert en Seine-et-Marne (77). Il est recruté en 1915 à l’âge de 20 ans à Coulommiers. Il intègre alors le 107ème Bataillon de chasseurs à pied en tant que soldat de 2ème classe. Il participe à plusieurs batailles jusqu’au 17 décembre 1916 où il est tué à l’ennemi à Hardaumont-Douaumont dans la Meuse, lors de la bataille de Verdun. Il a par la suite été déclaré « Mort pour la France » le 30 décembre 1917 à Lagny-sur-Marne, en Seine-et-Marne.

 Le 107ème Bataillon de chasseurs à pied a été formé le 12 mai 1915 à Dagneux dans l’Ain. En 1915, il part pour la bataille de Champagne et celle de la Haute Alsace. En 1916, il participe à la très meurtrière bataille de Verdun. Et enfin, en 1917, il finit par la bataille du Chemin des Dames et celle des Flandres. Le 20 novembre 1917, le régiment est dissout. Sur les Journal des Marches et des Opérations, on apprend qu’entre le 13 et le 23 décembre, date à laquelle notre soldat est décédé, le régiment faisait des exercices et recevait des instructions. De plus, 25% de l’effectif du bataillon était en permission et les renforts n’étaient pas encore arrivés.

 Sur le site « Sépultures de guerres », on constate que Alfred Vangramberen n'a pas de sépulture. Donc son corps n'a pas été retrouvé.

 Charlotte FLEURY 1 S3

BOEUF Clément, Dampmart

BOEUF Clément est un soldat de la première guerre mondiale, né le 8 Juillet 1892 à Villeparisis. Il fut recensé à l'armée en 1912 à Coulommiers et c'est ainsi qu'il rejoint le 4ème régiment de zouaves qui était un régiment d'infanterie dépendant de l'armée de terre française. Peu de temps après le début de la première guerre mondiale, il fut déclaré disparu à l'ennemi le 23 Août 1914 à Tarcienne, en Belgique, et c'est ainsi qu'il termina sa courte vie à l'âge de 32ans. Étant donné qu'il avait été déclaré disparu, sa mort a été confirmée 6 ans plus tard, le 8 Juillet 1920 à Meaux. Et ensuite, le jugement a été retranscrit le 30 Juillet 1920. Et désormais son nom est présent sur le monument aux morts de Dampmart.

CAMUS Mélissa, 1ère S3

Georges Achille PAINT, Pomponne

Georges Achille PAINT est un soldat de la Première Guerre Mondiale.

Il est né à Asnières-sur-Seine le 24 décembre 1895. C'est en 1915, au centre de recrutement de Coulommiers, qu'il rejoint le 46ème régiment d'infanterie ; il est donc recruté dès ses 20 ans.
Il devient caporal et participe à de nombreuses batailles avec son régiment, telles que la Bataille de Vauquois en 1915 ou la Bataille de la Somme en 1916. En 1917, il s'occupe du Chemin des Dames dans le département de l'Aisne, où ont lieu plusieurs batailles meurtrières.

C'est cependant dans l'Oise qu'il trouve la mort le 25 mars 1918. En effet, son régiment y est transporté dans la nuit du 21 mars afin de défendre le château de Béthancourt, mais l'ennemi, en position de force, attaque en masses considérables le 25. Le château est repris par les Allemands, et de nombreux soldats perdent la vie dans cette bataille, dont Georges Achille Paint.

Il meurt donc le 25 mars 1918 à l'âge de 23 ans au cours d'une bataille et est déclaré mort pour la France le 5 août 1918. Son corps n'ayant pas été retrouvé, il n'a pas de tombe ; son nom figure cependant sur le monument aux morts de la ville de Pomponne.

 Adèle BORNET, 1ère S3


RISBEC Paul, Jules

Ce soldat est né à Claye-Souilly en Seine-et-Marne, le 1er décembre 1882. Il a été recruté en 1902 à Coulommier et était issu du 276e régiment d'Infanterie (Régiment de réserve du 76e), crée en 1914. Paul Risbec était gradé de 2e classe. Il décède au combat, le 12 janvier 1915 à Soissons. Il devient « Mort pour la France » le 20 mai 1921, mais son corps n'a pas été retrouvé. SANSON Aubéri 1eS3

Cyprien Adolphe POTAUX, Chanteloup-en-Brie

Je suis allée relever le nom d'un combattant de la première guerre mondiale sur le monument aux mort de Chanteloup-en-Brie. J'ai donc choisi un homme qui s'appelait Cyprien Adolphe Potaux qui est né le 03 Avril 1888 à Chanteloup-en-Brie (Seine-et-Marne). Il appartenait au 33e Régiment d'Infanterie et dépendait du centre de recrutement de Coulommiers en 1908. Ce soldat de 2e classe a participé à la 1ère guerre mondiale à l'âge de 26 ans. Cyprien Adolphe Potaux est porté disparu lors de la bataille du Chemin des Dames, il est donc mort le 19 avril 1917 à la Tranchée de Balcon dans l'Aisne. Le corps de Cyprien Adolphe Potaux n'a jamais été retrouvé, ou jamais identifié comme tel. Il a été enregistré sur le monument aux morts de Chanteloup-En-Brie qui est une sépulture importante puisqu'il n'en n'a jamais eu d'autre, situé sur la place de la mairie. Le 33e Régiment d'Infanterie a participé à la Bataille du Chemin des Dames, le 16 avril 1917 le 20e Régiment d'Infanterie attaque la tranchée du Balcon commandé par le Colonel Mougin. Qui à ce moment est en possession des allemands, qui répliquent le 17 avril 1917 mais n'arrivent pas a reprendre cette tranchée. Puis, le 33e Régiment d'Infanterie remplace le 20e Régiment d'Infanterie. Les soldats du 33e Régiment d'Infanterie réussissent a garder la tranchée de Balcon pendant plusieurs jours. Larélie Philippon 1èreS3

OLIVIER Jacques, Charles

Jacques OLIVIER Jacques Charles Olivier était Caporal dans le 276e régiment d'infanterie. Il est né le 16 novembre 1885 à Lagny et a été recruté à Coulommiers en 1905. Le 8 décembre 1915, il meurt sur le front à Lachalade dans la Meuse mais il a été déclaré mort pour la France seulement le 26 janvier 1918 à Lagny. http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YToxMDp7czoxMDoidHlwZV9mb25kcyI7czoxMzoic3BlY2lmX2NsaWVudCI7czoxMDoic3BlY2lmX2ZjdCI7czoyMzoiQXJrTURIVmlzaW9ubmV1c2VJbWFnZXMiO3M6MTg6InNwZWNpZl9uYXZfcGFyX2xvdCI7czoyMjoiQXJrTURITmF2aWdhdGlvblBhckxvdCI7czoxMzoibWRoX2ZvbmRzX2NsZSI7aToxO3M6NDoicmVmMiI7czo2OiI5NzExNjQiO3M6MTI6ImlkX2Fya19maWNoZSI7czo2OiI5NzExNjQiO3M6OToicHlyYW1pZGFsIjtiOjA7czoxMjoiaW1hZ2VfZGVwYXJ0IjtpOjA7czoxNjoidmlzaW9ubmV1c2VfaHRtbCI7YjoxO3M6MjE6InZpc2lvbm5ldXNlX2h0bWxfbW9kZSI7czo0OiJwcm9kIjt9#uielem_move=0%2C0&uielem_rotate=F&uielem_islocked=0&uielem_zoom=43 Le 276e régiment d'infanterie a été créé le 4 août 1914. Il est issu du 76e régiment d'infanterie, à la mobilisation, chaque régiment actif crée un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200. RIVIERE Hélène 1°S3

Fernand LEDROIT, Thorigny-sur-Marne

Fernand Ledroit est né 2 avril 1895 à Thorigny . L'âge requis pour entrer dans l'armée étant 20 ans il n'est entré en en service qu'en 1915. En effet il effectua son recensement en 1915 à Coulommiers. Il fut intégré dans le 4e bataillon (très peu d'informations au sujet du parcours de ce bataillon) de chasseurs à pied au grade de 2e classe .. Fernand Ledroit combattit jusqu'au 27 septembre 1915 date à laquelle il disparut. Lorsque qu'un soldat est déclaré disparu, un procès a lieu afin de d'écarter toute trahison ou désertion. Mais la guerre empêchant tout jugement, le jugement fut repoussé. De plus le nombre astronomique de jugements de ce type le ralentit encore plus. Finalement la mort de Fernant Ledroit fut déclarée le 7 septembre 1921 soit 6 ans après la mort du soldat pendant lesquelles la famille de ce dernier n'a perçu aucune pension.

Romain DEVIVIES

COTTIN LUCIEN, Lagny sur Marne.

Ce soldat étant né le 26 février 1892 à Villier sur Morin, il appartenait à la grade de 2ème classe. Il a été recruté à Coulommier.Il est décédé le 21 aout 1916 pour cause de blessures de guerre. Cottin Lucien a combattu deux années sous le regiment 15ème bataillon de chasseurs. Le 15e bataillon de chasseurs alpins est une unité militaire dissoute de l'infanterie alpine française (chasseurs alpins) qui participa notamment aux deux conflits mondiaux. Voici son chemin : En 1914, Il se trouvait en Alsace en Août il a traversé Urbès, Wesserling,Saint-Amarin et les soldats ont repoussé l’ennemi Moosh (le 6/08) ; il y a eu la prise de Cernay(le 9/08) ; et l'entrée dans Mulhouse (le 19/08) Plus tard, le 24 décembre Lucien Cottin a participé à l'attaque de la ligne Wattwiller- Uffolz- Cernay. Il a maintenu sa position aux portes d'Uffolz jusqu'au 29 décembre. En 1915, toujours en Alsace, du 13 au 22 juin il a contribué à l'attaque de Metzeral et Sondernach qui est finalement occupé le 22. Le 2 juillet a eu lieu une contre-attaque sur le sommet de l'Hilsenfirst. Du 27 juillet au 29 aout s'est passé des attaques sur la Crête de Barrenkopf. Le 20 septembre a eu lieu une attaque sur l'Hartmannwillerkopf. Le 15 otcobre, une occupation du secteur de Rehfelsen a été faite. Enfin, le 16 octobre 1915, il y a eu la reprise du sommer de l'Hartmannswillerkopf En 1916, de Janvier à juin, en Alsace, Le régiment occupait divers secteurs du sud de l'Hartmannwillerkopf et du Reichaker. Le 27-28 juin le bataillon quitte l'Alsace pour le camp d'Arches, ensuite, la Bataille de la Somme a commencé le 1e Juillet 1916. Du 20 Aout au 2 Septembre, le bataillion etait en ligne devant Cléry. Malheureusement, Lucien Cottin est décédé le 21 aout 1916 et son corps n'a jamais été retrouvé. Knecht Tiffany

Adolphe PICARD, Thorigny-sur-marne

Picard Henri, Adolphe Thorigny-Sur-Marne Né le 28 Novembre 1878 , Picard Henri soldat du 27e Bataillon Tirailleurs Sénégalais a combattu pendant la 1ere Guerre Mondiale de 1914-1918. Au cours de la guerre, les tirailleurs sénégalais se couvrent de gloire à la bataille d'Ypres, à Dixmude fin 1914, lors de la prise du Fort de Douaumont en octobre 1916. Ils participent à la bataille du Chemin des Dames en avril 1917 au cours de laquelle ils perdent plus de 7 000 hommes sur 16 500 engagés, soit le quart de leurs pertes totales au cours de la guerre[11], ainsi qu'à la bataille de Reims en 1918. Malheureusement , le 4 Septembre 1916 Picard Henri disparaît au combat à Bellay , son corps n'a jamais été retrouvé. Son jugement et sa mention pour «mort pour la France» sont rendus le 9 Septembre 1920. Tristan Duarte Da Rocha première S3

René Couillé, Lagny sur Marne

René Couillé, née le 28 septembre 1892 à Livry Gargan en Seine et Marne, il fut recruté à Coulommiers en 1914 au grade de Sergent dans le 146e Régiment d'infanterie. Lors de sa carrière : 1914: Dès l'entrée en guerre, le 14 août, le 146e RI du 20e corps d'armée (IIe Armée) avance vers Château-Salins et le 19 août, la 39e division d'infanterie du général Dantant attaque Morhange puis Delme. Le 18 septembre, après la première bataille de la Marne, le 146e RI part pour la Picardie et monte vers le nord (région de Lassigny et Roye) et obtient une première citation à l'ordre de l'armée. 1915: Le 9 mai : attaque de Neuville-Saint-Vaast. Il perdu la vie le 20 Mai 1915 à Hénin Capelle dans le Pas de Calais à cause de ses blessures puis fut déclarer « mort pour la france » le 21 Juin 1915 à Lagny. Son corps se trouve actuellement au cimetière de Lagny. Alessio.

JACQUINET Henri Jean, Thorigny sur Marne

Jacquinet Henri Jean est né le 17 Avril 1890 à Paris. D'après sa fiche de renseignements il aurrait été recensé à Paris en 1900, mais cela voudrait dire qu'il avait 10 ans ce qui n'est pas possible. Il fut donc sûrement recensé en 1910 à l'âge de 20 ans comme maitre pointeur dans le 39ème régiment d'artillerie de campagne. Du début de la guerre en 1914 jusqu'à sa mort, son régiment a participé à la bataille de la Lorraine en 1914 puis de Artois en 1915 et enfin celle de Verdun en 1916. Il meurt le 7 Février 1917 à Luneville M.ch Moselle, tué intoxiqué par gaz. Je n'ai trouvé aucune information sur le lieu de son enterrement il est donc peut être mort à l'hopîtal et enterré sur place, à Luneville. Je n'ai pas trouvé de renseignements sur la date du jugement. Néanmoins son nom est présent sur le monument aux morts de Thorigny-sur-Marne.

GAUCHET Alice 1èreS1

Léon GUILBERT, Chessy



GUILBERT Léon Paul est né le 21 Septembre 1879 à Chessy.

Il est de 2ème Classe et à été recensé à Coulommiers. Ce soldat faisait partie du 231ème régiment d'infanterie et il est mort à 34 ans sur le front tué par l'ennemi à Crouy dans l'Aisne. Il a été déclaré mort pour la France le 11 Janvier 1915 son jugement à été rendu le 23 Décembre 1920 à Meaux et été transcrit le 20 Janvier 1921 à Chessy en Seine-et-Marne. Il s'est battu pendant 2 ans pendant la première guerre mondiale.

Le régiment dont il faisait partie date d'Août 1914 et ce régiment appartenait à l'armée de terre et a participé à la première guerre mondiale,notamment à la 2ème bataille de la Marne en 1918 mais ce soldat n'a pas participé à cette bataille puisqu'il est mort avant. Ce régiment s'est dissout en Mai 1916 mais il s'est reformé pour les opérations en Algérie (1956-1958).

Son corps n'a pas été retrouvé et donc ne se trouve dans aucune sépulture de guerre mais son nom figure dans le cimetière de Chessy sur lemonument aux morts.

GILLES Mathieu 1ère S1

BLANPAIN René, Carnetin

       Blanpain René est un Carnetinois, un habitant du petit village de Carnetin ( 480 habitants), situé dans les hauts de Thorigny-sur-Marne. Il est né le 4 août 1887, dans le village précédemment nommé. Il a été recruté lors de l'effort national pour la Seconde Guerre Mondial à Coulommiers et appartenait au 42ème bataillon des Chasseurs à pied, sous le grade de sergent.
  
       Blanpain avait 20 ans lors de son recensement en 1907. En conséquence, il avait 27 ans en 1914 et a donc été recruté dès le début de cette horrible guerre. C'est lors d'une bataille dans l'Aisne que le courageux sergent perdit la vie le 30 mars 1918, 4 ans après le début de la guerre.
Son bataillon a été l'un des plus efficace dans cette guerre : il a repoussé bon nombre d'attaques allemande, a su défendre ses positions et en prendre d'autres, malgré de nombreuses pertes, sous l'ordre d'officiers courageux et compétents.
    
       Le sergent Blanpain qui avait survécu jusque là, a donc participé avec son bataillon à la bataille de L'Aisne. Cette bataille est une attaque violente pour prendre les tranchées ennemies dans le secteur de Moulin-sous-Touvent. Le 42ème bataillon des Chasseurs à pied parvient à prendre les lignes ennemies, à les faire fuir. Une avancée considérable en soit, mais malheureusement, Blanpain René décède à 31 ans lors de cet assaut courageux. Personne n'a retrouvé son corps, mais le Carnetinois qui a parvenu à survivre 4 ans dans cet enfer, a obtenu la distinction de mort pour la France le 12 juin 1918, et une place sur le monument aux morts de Carnetin.

Louis MALARD, première S1

Florentin GAULPIER, Montévrain

Florentin Désiré Gaulpier est né le 21 février 1887 à Francueil en Indre-et-Loire. En 1907, à l’âge de 20 ans, il fait son service militaire à Tours. Au début de la Première Guerre mondiale, en 1914, il fait donc partie des hommes appelés au front. Il intègre alors le 331ème Régiment d’Infanterie, constitué à Orléans et issu du 131ème, en tant que soldat. Le groupe part pour la frontière le 9 août 1914 au matin. Florentin Gaulpier participera à l’attaque de l’ennemi à Longwy le 22 août, puis à la marche de repli les jours suivants. Il sera malheureusement assez vite tué par l’ennemi lors d’une des premières batailles du régiment, à Fossé, près de la frontière luxembourgeoise dans les Ardennes, le 31 août 1914. Ce fut un jour de lourdes pertes pour le régiment avec notamment 15 officiers mis hors de combat. Cependant, l’ennemi a été vigoureusement repoussé et le terrain conquis a été gardé. Le corps du jeune soldat n’a jamais été retrouvé. Il n’est déclaré "Mort pour la France" que le 11 août 1920 sur le registre de Montévrain en Seine-et-Marne. Sa famille a donc dû attendre 6 ans après sa disparition pour enfin toucher la pension accordée aux familles des soldats morts pendant la guerre.


Célia BABADJIAN, 1ère S1