lundi 29 décembre 2014

Gabriel Joseph Marchand, Chessy

Gabriel Joseph MARCHAND est né le 5 mai 1882 à Lumigny-Nesles-Ormeaux en Seine et Marne. Il a été recensé à Melun en 1902, dans le 346ème Régiment d'infanterie en tant que sergent, son n° de matricule était :     - au corps: 12064
                                                           - au recrutement: 112


Cliquez pour agrandir
346ème régiment dans les tranchées.


Le 346ème Régiment d'infanterie a été créé en août 1914, il est composé de 36 officiers, 162 sous officiers et 1958 soldats. Le 346ème Régiment est sous les ordres du commandant Roland Cadet  jusqu'au 18 octobre 1914 car il a été grièvement blessé à la bataille de Lironville. Il est remplacé par le chef de bataillon Gillot. Le Régiment a participé à la bataille de l'Aisne, la bataille de Verdun, la seconde bataille de la Marne et aux combats du Bois-le-Prêtre. Le sergent Marchand a participé à la bataille de Verdun, son régiment se trouvait dans les tranchées, leur mission était de garder cette position car elle était stratégique pour les allemands.Il a aussi participé aux combats du Bois-le-prêtre.

http://images.mesdiscussions.net/pages14-18/mesimages/2547/346eRI6.jpg
Grenadiers-Bombardiers et Obusier Aasen du 346ème régiment à Verdun en septembre 1916.  

Le 8 septembre 1916 Gabriel Joseph Marchand est porté disparu le long de la Meuse devant Verdun, présumé tué à l'ennemi. Le jugement "Mort pour la France" lui sera rendu le 19 février 1917, soit 1 an après sa mort. Il n'a pas de tombé à son nom, mais il est inscrit sur le monument aux morts de Chessy.

Maxime Durand 1ère ES3

mercredi 10 décembre 2014

Pierre Antoine Albert LECLERE, Lagny-sur-Marne

Pierre Antoine Albert LECLERE est né le 10 juin 1890 à Paris dans le 10e arrondissement, de François Jean Baptiste Joseph et de Leonie Huchard. Notre soldat mesurait 1m65, était châtain clair, avait les yeux marrons foncés, un grand front et le visage assez rond; (il avait comme particularité d'avoir le nez légèrement tordu à gauche). Il était employé de commerce.

D'après des souvenirs de ma famille, il avait une soeur, Marguerite LECLERE né le 20 janvier 1885 (Paris 10e aussi) de 5 ans son aînée. Après la mort de son unique frère, étant une fille elle n'a pu faire perdurer le nom de ses ancêtres. Cependant, elle a eu trois fils dont les 2 aînés qui ont participé à la 2nde Guerre-Mondiale.. Des lettres témoignent de ce qu'elle a pu ressentir après avoir perdu son frère lors de la Grande Guerre, et, après quelques jour d'incertitude, a appris la mort de son fils ainé (Jacques Bourgeois) alors qu'elle était toujours sans nouvelles du second.

Il ne semble pas que Pierre-Antoine ait été marié et qu'il ait eu des enfants. Il a certainement vécu à Paris 10e avant que la famille ne déménage à Lagny au 1 rue du Colonel DURAND (1908), cependant, selon la fiche matricule de Pierre, il vivait à Londres  jusqu'à son départ au front.

Il fût convoqué dès le 1er août 1914.  
Il faisait partie du 416e régimentd'infanterie. Or, le 416e régiment d'infanterie fût créé le 1er avril 1915 à Montpellier. J'ai d'ailleurs retrouvé le carnet de bord d'un soldat qui retrace quasiment tout le parcours du 416e, ce soldat ayant survécu à la guerre.

Comme notre soldat avait eu 20 ans en 1910, on peut supposer qu'il a fait partie d'un autre régiment avant 1915, mais j'ignore lequel. Les hommes qui le composaient (dernières pages) étaient majoritairement du Centre et du Midi. Ceux qui venaient du Nord et de l'Est s'étaient repliés dans la 16e région. Pierre était sergent depuis le 27 septembre 1912, il avait donc fini son service militaire lors de son départ à la guerre. Il avait été recensé en 1910 à Coulommiers et était le n°412.
 
Le 416e (pages 6 à 8) est formé de 3 bataillons et de 3 sections de mitrailleuses (la compagnie de mitrailleuses ne sera constituée que le 15 avril).
Tout le régiment se trouve à proximité des Garrigues, terrains incultes, favorables aux manoeuvres et à l'établissement des champs de tir de circonstance. Le régiment est amalgamé et instruit pendant une vingtaine de jours.

Pendant longtemps on croit que le régiment est destiné à l'armée d'Orient mais il embarque le 5 avril à Montpellier et débarque à Cuperly (Champagne) le 7 avril.
Du 3 au 24 septembre 1915, le régiment campe entre le village de Somme-Suippes et la Maison Forestière. Les troupes occupent des abris constitués par des charpentes recouvertes de tôles ondulées ou de papier goudronné.
Ces abris sont vieux. La vermine et les rats y abondent. Tous les quinze mètres il y a un abri d'une dizaine de mètres. Ces parties de boyaux recouvertes sont destinées à abriter les troupes d'assaut et à amener les troupes de renfort sans avoir trop à souffrir des tirs de barrage.

Carte de la Bataille de Champagne

Une attaque est prévue pour le 25 (septembre) mais finalement, à 21 heures arrive le contre-ordre : l'attaque est remise au 26 au petit jour. Le régiment passe la nuit dans une prairie aux abords de la route de Souain à Tahure et du camp d'Elberfeld. Il fait très sombre et il tombe un peu de pluie.
Le 26 au matin, l'artillerie prépare l'attaque. 
Malheureusement sa progression a été gênée par la pluie et les difficultés du déplacement. Par suite du mauvais temps l'observation est difficile. La préparation est faible. De plus des difficultés sont rencontrées, car les deux camps sont également protégés et bien défendus: les pertes sont donc grandes des deux côtés.
La journée du 26 a été sanglante pour le 416e. Les unités se reforment dans la nuit du 26 au 27. Dans la matinée du 27, elles prennent leurs dispositions pour une nouvelle
attaque qui sera précédée d'une préparation d'artillerie.

Plan de stratégie militaire (Tahure)




Carte postale de la Champagne (1915)

Pierre est mort lors de cet assaut, le 26 septembre 1915 à Tahure (Marne) lors de la Bataille de Champagne; il est reconnu "mort à l'ennemi" soit mort au combat le 29 mars 1916.

Il semble que sa sépulture n'ait pas été retrouvée.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts (tous conflits) du cimetière de Lagny. Ce monument a remplacé l’ancien monument détruit par les Allemands pendant l’occupation de la seconde guerre mondiale car jugé "trop antigermanique". 

Victoria MIMON, première ES3








Georges RISBEC, CHESSY

Georges RISBEC est né le 7 février 1887 à Claye-Souilly, il a été recensé à Coulommiers en 1904 avant d’être intégré comme 2nd classe dans le 276e régiment d'infanterie. Georges était d'après les archives de Seine et Marne, un homme chatain aux yeux gris-bleu et mesurait 1m72.Il était manouvrier avant de partir en guerre.Il a été tué à l'ennemi le 12 Janvier 1915 à Crouy dans l'Aisne.

 

Le 276e régiment d'infanterie a été formé le 2 août 1914. Alors, il ne comptait que deux bataillons dirigés par le Lieutenant Colonel LEJEUNE. En 1914 le régiment participe à 13 batailles, dont la bataille de la Marne où 300 hommes trouveront la mort.
En 1915, ce régiment d'infanterie combat entre le 8 et le 12 janvier à Crouy (Bataille de Crouy) dans l'Aisne.

Georges RISBEC a été déclaré "mort pour la France" le 17 juin 1920 à Meaux et est enregistré dans la commune de Chessy. Aucune sépulture de guerre ne lui est attribuée. Sa tombe est donc le monument aux morts de Chessy.

Alexandre COZIEN, Première ES3.

Eugène MARIN, Dampmart

Eugène MARIN est né le 27 décembre 1894 à Favières en Seine-et-Marne (77). Avant d'être recensé, il vivait à Dampmart où il travaillait en tant que manouvrier.D'après le registre-matricule numérisé par les Archives du 77, il était châtain aux yeux marrons clairs et mesurait 1 mètre 72, ce qui était largement supérieur à la moyenne à l'époque. Il est recensé en 1914, à Coulommiers, à l’âge de 20 ans dès le début de la 1 ère Guerre Mondiale. Il est intégré dans le 106ème Régiment d'Infanterie avec le grade de soldat de 2ème classe. Le 20 février 1915, il est porté disparu aux Eparges, présumé tué à l'ennemi. Le jugement « Mort pour la France » lui sera rendu le 21 septembre 1921 par le tribunal de MEAUX soit 6 ans après sa mort.

Le régiment avait été créé en 1766, il faisait partie des nombreux régiments de la Monarchie qui servaient sur les bateaux et dans les colonies. Tous ces régiments ont été dotés en 1791 d'un numéro dans l'ordre de bataille de l'infanterie de ligne alors qu'ils peuvent historiquement être considérés comme les « ancêtres » des régiments d'infanterie de marine.


L'insigne du 106ème Regiment d'Infanterie
Ce régiment d’infanterie de ligne a contribué à la 1ere guerre mondiale et est notamment connu sous le nom de "Régiment de Fer". Ce régiment s’est souvent associé à son « frère d'armes », le 132e régiment d’infanterie de Reims. Les principales batailles de ce régiment pendant la 1ere guerre mondiale sont:
La bataille des EPARGES en 1915,
L’AISNE en 1917,
La bataille de MONTDIDIER en 1918,
La bataille du MONT D’ORIGNY en 1918.

Lors de la bataille des EGARGES, les combats se sont déroulés dans des conditions extrêmement difficiles sous la pluie, la neige, dans la boue. La devise de l'armée française était: "IL FAUT TENIR". L'infanterie des deux camps a dû rester pendant de longues semaines sous les coups de l'artillerie. L'armée française tente au cours de plusieurs assauts de conquérir la crête de la colline.Après des pertes très lourdes des deux côtés, les Français arrivent à prendre pied sur la crête sans pouvoir en déloger totalement les Allemands. Cette bataille est l'une des premières à présenter de nombreuses caractéristiques qui se révéleront classiques de la première guerre mondiale : une durée de plusieurs semaines, des séries d'attaques, contre-attaques avec de nombreuses pertes pour des gains territoriaux faibles voire nuls. Elle annonce les batailles de Verdun et de la Somme. Le bilan est 6102 hommes tués sous le feu meurtrier des armes.


Détails de la bataille des Eparges

Elsa FROLOIS 1ère ES3


Pierre PIEN, LAGNY-sur-MARNE

Pierre PIEN était soldat durant la 1ere guerre mondiale.

Il est né le 9 septembre 1875 à Moyon (Manche, Basse-Normandie). Il faisait partie du 19e escadron du train des équipages militaires (19 ETEM). Il a été recensé à Saint-Lô (toujours dans la Manche), son numéro de matricule était le 930.

livre de l'historique du 19ème escadron du Train des Equipages Militaires
Insigne de béret, du Train
Ce soldat mourut le 11 octobre 1918, il avait la «grippe espagnole», grippe de 1918. Cette grippe fut une des plus virulentes, et extrêmement contagieuse. Cette épidémie était une grave infection pulmonaire provoquant des fièvres et de grosses douleurs thoraciques (nommée médicalement « grippe broncho-pneumonie »). Elle fit 30 millions de morts d’après l’institut Pasteur, voire 100 millions selon d’autres sources.

Pierre PIEN est décédé à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), dans l’annexe 2,35/1 de l’hôpital militaire. Son acte de décès a été transcrit le 18 novembre 1819 à Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne). Il n’apparaît pas sur le site «sépultures de guerre», il est donc probablement enterré à Noisy-le-Sec.

Bastien BUCHLA 1ES3


BARON Maurice ( Monument aux morts de Thorigny )

 Sur le monument aux morts de Thorigny, on peut lire le nom de BARON MAURICE.
Cet homme naquît le 7 mai 1887 à Paris, et fut recensé à Coulommiers  en 1907, à l'âge de 20 ans.

Après le rappel à l'activité de l'armée de réserve, ce dessinateur en bâtiments, châtain aux yeux noirs, mesurant 1 mètre 67  fut affecté au 29ème régiment de dragons en tant que 2ème classe, sous le matricule 480, une unité de cavalerie qui opérait entre le Nord-Pas-de-Calais et la Belgique, notamment dans la Bataille de Guise .
Dans une couronne ovale, la tour César de Provins surmontant un dragon fabuleux d'argent soutient un écusson vert portant le numéro "29" aurore.
Ce régiment mènera la charge sur le flanc de la bataille sous le corps de cavalerie du général Conneau, appuyé par le 10ème régiment d'artillerie.
 Cette charge assurera une belle victoire à la France, en gênant gravement les plans du haut-commandement allemand. Ce régiment bouscula les lignes d'éclaireurs allemands  aux abords de Liège avant de rejoindre le corps de cavalerie ci-dessus.

 Maurice est blessé lors de la bataille, et mourra le 27 Juillet 1915 à Notre-Dame-De-Lorette (Nord-Pas-De-Calais), à la suite de ses blessures, à l'hôpital local.

 Il est maintenant enterré à la
La basilique, au milieu des nombreuses sépultures de guerre

samedi 6 décembre 2014

Raoul PEURAUD , CHANTELOUP-EN-BRIE

Raoul PEURAUD est né le 15 juin 1894, à Chanteloup-en-Brie. Il a été recensé à Coulommiers en 1914, dans le 106ème Régiment d’infanterie en tant que sergent, son n° de matricule était le 196. Au sein de son Régiment (créé en 1766), le sergent PEURAUD a participé à la bataille des Eparges en 1914 (département: Meuse région: Lorraine) et à la bataille du Chemin des Dames en 1917 (département: Aisne, région: Picardie). Il est mort le 17 avril 1917 au Bois de la Bovette à l’âge de 23 ans, à Soupir (Aisne), après 17h30 probablement sous le coup d’une mitrailleuse ou touché par une grenade (d'après le journal de marche du 160ème régiment).La bataille du chemin des dames durant laquelle il est mort fut un échec français.

Comme son corps n’a jamais été retrouvé, il a été "reconnu" mort pour la France seulement 4 ans plus tard (le 9 juin 1921), selon les archives du ministère de l’intérieur. Il n’a pas de tombe à son nom mais il est inscrit sur le monument aux morts de Chanteloup-en-Brie.



Emblème du 106ème régiment




drapeau du 106ème régiment d'infanterie




 David BERNET 1ere ES3






 

Alfred BOULANGER , Montévrain



Alfred BOULANGER est né le 07 février 1878 en Seine-et-Marne.
Il fut recensé en 1898 au centre de recensement de Coulommiers à l'âge de 21 ans avec le numéro de matricule 83. Il est d'abord nommé caporal en 1900 puis sergent le 22 juillet 1901.
Donc il entre en tant que sergent dans le premier régiment du génie. Le premier Régiment du Génie, créé en 1814, est le plus ancien des régiments du génie militaire de l'armée française. Ce régiment est l'héritier des compagnies franches de sapeurs et de mineurs créés par Louis XVIII. Pendant la première guerre mondiale, Alfred a donc surement participé aux batailles de La Marne en 1914 et de Verdun en 1916.





Insigne régimentaire du 1er Régiment du Génie

 



Carte de la bataille de Verdun
  


Il est décédé le 28 avril 1917 à l’hôpital complémentaire 76 de Montévrain  suite à des maladies contractées en service. Alfred a été déclaré "Mort pour la France" à Montévrain.

Étant mort à l’hôpital son corps n'a pas été perdu, mais j'ignore où se trouve sa tombe puisque la recherche sur le site « Sépultures de guerre » ne m'a donné aucun résultat.



Kamélia SEHRANE première ES3

Henri PUBLIER, Lagny-sur-Marne

Ce poilu de la 1er Guerre Mondiale (1914 -1918) est né le 1er décembre 1880 à Lagny-sur-Marne et mort le 22 août 1914 à Lexy (Meurthe et Moselle) suite à des blessures de guerre.D'après le registre matricule de 1910, numérisé par le service des Archives de Seine-et-Marne, il était châtain, avait les yeux bruns et mesurait 1m72 (ce qui était grand pour l'époque). Henri Publier n'était pas marié.

Il était Sergent dans le 76° Régiment d'Infanterie. Il a été recensé à Coulommiers en 1909, son numéro de matricule était : - au corps : 03089.
                                            - au recrutement : 544.

Il a été incorporé le 4 octobre 1910 et est arrivé au corps le même jour.
Soldat de 2° classe, il est nommé Caporal le 15 mai 1911 puis Sergent le 18 mai 1912.
Il a rejoint la réserve de l'armée active le 1 octobre 1912 (c'est-à-dire qu'il n'avait plus d'obligation militaire : il avait fini son service militaire).
Mais il a été rappelé au front le 1er août 1914.
Il a combattu en Allemagne du 3 au 22 août 1914.
Ce militaire, a été interné à Nuremberg alors qu'il venait de Grafenwöhr, en Bavière, dans le district du Haut-Palatinat.
Photo d'une tour d'eau de Grafenwörh
1917

A la page 85 du deuxième registre des matricules 544, du bureau des renseignements de Coulommiers, consultable sur le site des Archives de Seine-et-Marne, nous apprenons que ce jeune homme était commis-grainetier c'est-à-dire un employé subalterne, ou aide dans une exploitation agricole, ou certains commerces. Henri PUBLIER travaillait chez un vendeur de graines.

A propos de la fiche du deuxième registre des matricules citée précédemment, je me permets de relever une incohérence. Henri PUBLIER est mort le 22 août 1914 mais sur sa fiche, on peut voir qu'il a été fait prisonnier le 22 septembre 1914.

Le jugement de sa mort a été rendu en janvier 1920. Ce soldat n’a pas de sépulture autre que le monument aux morts car son corps n’a jamais été retrouvé.


Plaque du 76° Régiment d'Infanterie



Ce corps d’armée est l’un des régiments constituant l’armée de terre.
Le 76° régiment d’infanterie a été créé le 12 septembre 1796 suite à une réorganisation. À cette date, le régiment se nommait : la 76° demi-brigade. Elle a été créée par un amalgame de plusieurs bataillons et demi-brigades.
Le 24 septembre 1804 (1er vendémiaire de l’an XII - calendrier post-révolution française de 1789), la 76° demi-brigade devient le 76° régiment d’infanterie de 1° ligne.

Le 76° régiment d’infanterie a connu plusieurs batailles  telles que :
- en 1914 → la bataille de la Marne.
- en 1916 → la bataille de la Somme.



Drapeau du 76° Régiment d'infanterie
écriture en lettre d'or














Mlle Mathilde MULLER, élève de 1er Économique et sociale
au lycée Van Dongen.

vendredi 5 décembre 2014

Félix Pierre SOLVET, Lagny-sur-Marne

Félix Pierre SOLVET, est né le 29 décembre 1892 à Lagny-sur-Marne (77-Seine-et-Marne), et est mort le 6 juillet 1915 à l' hospice deSaint Dizier (52-Haute-Marne) suite à une maladie contractée en service. Fils d'Alexandre Baptiste et de Léopoldine Rosalie HENET qui ont perdu deux fils lors de cette guerre. (Voir le billet consacré à André Solvet sur ce blog). Il fut recensé à Coulommiers dans son département de naissance. Félix Pierre était un soldat de seconde classe. Il faisait partie du 76e Régiment d'infanterie qui est un régiment de l’armée de terre française. Les casernements de ce régiment étaient situés à Paris, Coulommiers et Sevran.



Le 76e régiment d’infanterie a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 99e, d'avoir une double origine, d’être l’héritier des traditions de deux régiments : le 76e, et le 1er d’infanterie légère.



La caserne Beaurepaire de Coulommiers.

Morgane WUNDERLE première ES3

Armand ROUILLARD, Lagny-sur-Marne

Armand ROUILLARD est né le 28 Juillet 1879 à Le Mans ( Sarthe ) et mort suite à ses blessures le 26 février 1916 à Baleicourt dans la Meuse à l’âge de 37ans. Il a été recensé à Coulommiers en Seine-et-Marne, son numéro de matricule était le 208, Il faisait partie du 76ème régiment d’infanterie au grade de Caporal, régiment créé en 1854 et dissout en 1988. Son corps n'a pas été retrouvé mais son nom figure sur le monument aux morts de Lagny-sur-Marne en Seine-et-Marne.

Insigne du 76ème régiment d'infanterie

Il est blessé lors de la guerre de Verdun, qui maintenant est un lieu de mémoire très important,c'est la plus longue et l'une des batailles les plus dévastatrices de la Première Guerre mondiale avec environ 700 000 morts en comptabilisant les morts cotés Francais et Allemand.
Falkenhay, chef de l'état-major général d'Allemagne décida de " saigner à blanc " l'armée française.
Verdun apparaît comme le lieu d’une des batailles les plus inhumaines auxquelles l’homme s'est livré : l'artillerie y cause 80 % des pertes, le rôle des hommes y consiste surtout à survivre, et mourir dans les pires conditions sur un terrain transformé en enfer, tout cela pour un résultat militaire nul, Armand Rouillard est mort suite à ses blessures à Baleicourt en 1916

VILDIEU Antoine Première ES 3

vendredi 28 novembre 2014

Albert LEONORIS,

Insigne du 39eme régiment d'infanterie
Albert Louis LEONORIS est né le le 14 avril 1882 à Paris et mort à l'ennemi le 11 mars 1915 à Vauquois. Il est mort en mars 1915. D'’après l’historique de son régiment il serait mort à la bataille de Souchez. Il était caporal dans le 39e régiment d'infanterie, il a été recruté au 3e bureau du département de la Seine. ( Paris) Il n'a pas de sépulture de guerre son corps n'a donc pas été retrouvé. Le 39eme régiment d'infanterie était composé de 3 bataillons. Ce régiment a participé à plusieurs batailles comme la bataille de la Marne en 1914, la bataille de Verdun en 1916 ou encore la bataille de Saint-Quentin en 1918.


 Laurine CLEMENT première ES3



PETIT Gaston, Lagny sur Marne

Gaston Alexandre PETIT est né le 9 Avril 1896 à Beautheil en Seine-et-Marne. Peu avant son vingtième anniversaire, il a été recensé en 1916 à Coulommiers en tant que soldat de seconde classe et fut recruté au 110e régiment d'infanterie.
Insigne du 110e régiment
Le 110e régiment d'infanterie a été créé en 1962 sous le nom de Régiment de Barrois. Il appartient à l'armée de terre francaise.
      Durant la première guerre mondiale, ce régiment est sous les ordres du général Ducrot.
En 1916, le 110e régiment d'infanterie a combattu à la Bataille de Verdun puis à la Bataille de la Somme en 1917, ce qui nous laisse donc penser que Gaston PETIT est allé se battre à ces deux batailles.

Déroulement de la Bataille
de Verdun
    Gaston PETIT est décédé un tout petit peu plus d'un an après avoir été recruté au 110e régiment d'infanterie, le 18 Avril 1917, juste après que le Congrès américain ait voté l'entrée en guerre des États-Unis au côté des Alliés.


Son corps n’ayant pas été retrouvé, ce soldat n’a pas de sépulture hormis le monument aux morts du cimetière de Lagny-sur-Marne.


FLORENT BROUET 1ERE ES3

mardi 25 novembre 2014

Arsène PARNOT,Thorigny-Sur-Marne





Insigne régimentaire du 106e régiment d’infanterie
Arsène PARNOT est né le 30 Octobre 1893 à Lagny.

Il a le grade de soldat de 2e classe. Il fut recensé à Coulommiers à 20 ans, c'est-à-dire en l'an 1913. Il intègre alors le 106e Régiment d’infanterie, ce régiment fait partie des nombreux régiments qui servaient sur les bateaux et dans les colonies au temps de la monarchie. D'après le site Archives de Seine-et-Marne, Arsène Parnot etait blond, il avait les yeux gris et mesurait 1m62.

Il a participé a la bataille de la Marne en 1914. Pendant une contre-offensive, le  Capitaine a envoyé ses hommes au front. C’est lors de cette bataille qu’Arsène Parnot fut blessé. Il est décédé le 7 septembre 1914 à l’hôpital de Bar-le-Duc, à cause de blessures de guerre. Arsène Parnot n’a donc pas combattu longtemps.
Il a été déclaré "mort pour la France" le 27 juin 1917 par le tribunal de Meaux.
Il n'a pas de sépulture de guerre, cela veut dire que son corps n'a pas été retrouvé.
Il est inscrit sur le monument de Lagny.

Drapeau de 106eme régiment d'infanterie
 Imrahne ADECHINA,1ES3

dimanche 23 novembre 2014

Emile DREUX, Lagny-sur-Marne


DREUX Emile Célestin est né le 15 Septembre 1898 à Lagny-sur-Marne. En 1918, il fut recensé à Coulommiers en tant que soldat de 2ème classe. Il intégra le 169ème Régiment d’Infanterie le 15 juin 1918 après avoir combattu dans le 46ème Régiment d'Infanterie à compter du 18 avril 1917. Il succomba à ses blessures de guerre le 22 Août 1918, à l’Ambulance 242 à Villers-Cotterets dans l’Aisne (02), après avoir été atteint par l'ennemi le 20 juin 1918 en tant que soldat d'élite. Il a d'ailleurs été recompensé pour son courage et son calme en recevant le titre de "Croix de guerre, étoile d'argent". Il a été déclaré « mort pour la France » le 14 Décembre 1918 sur le registre de la commune de Lagny-sur-Marne, soit un mois après la signature de l’Armistice du 11 Novembre.

Le 169ème Régiment d’Infanterie est un régiment de l'armée de terre française, il a été créé en 1913, et fut surnommé la « Division des loups » par les Allemands. Ce régiment a participé à la bataille de Verdun en juillet 1916, ou encore celle du Chemin des Dames en avril-mai 1917. Emile DREUX lui, a participé à la bataille de Soissons en Août 1918.

Emile DREUX n’a pas de sépulture autre que le monument aux morts du cimetière de Lagny-sur-Marne, son corps n’ayant pas été retrouvé.
Insigne du 169ème Régiment d'Infanterie

Emile Célestin  DREUX n’a malheureusement pas résisté longtemps face à la menace ennemie, mais il a l’honneur d’être déclaré « mort pour la France » et d’avoir défendu les couleurs de son pays.



Adrien GABRIEL, 1ES3

Louis Alexandre LEROY LAGNY-SUR-MARNE




 
Louis Alexandre LEROY est né le 15 mars 1879 à Campons dans le département de la Seine-et-Marne.
Âgé de 35 ans lorsque la première guerre mondiale débute,  recensé à Coulommiers en 1899 avec le matricule 948, Leroy appartenait au 342e  régiment d’infanterie. 

Il fut tué à l’ennemi le 23 août 1916, soit deux ans après le début de la guerre . Le jugement "mort pour la France" fut rendu le 9 janvier 1920. Louis Alexandre Leroy fut inhumé à Fleury dans la Meuse, à la Nécropole nationale de Douaumont; le numéro de sa tombe est le 10015, son nom figure sur le monument aux morts de Lagny-Sur-Marne.

Le 342e régiment d’infanterie est un régiment d’infanterie constitué en 1914.Il est issu du 142e régiment d’infanterie.
Le 342e régiment d’infanterie participe à de nombreux combats tels que: 


La Woëvre en 1914.



La bataille de Champagne en 1915.

La Bataille de Verdun en 1916.



Le 342 régiment se dissout le 7 mai 1917.






La nécropole de Douaumont



Maya  MIMOUNI 1ES3.
 

vendredi 21 novembre 2014

Auguste MICHEL, Lagny-sur-Marne

MICHEL Auguste Léon est né le 30 Décembre 1885 à Lagny-sur-Marne. Recensé à Coulommiers en 1905, il partit à la guerre 9 ans plus tard dans le 42 eme bataillon des chasseurs à pieds, bataillon constitué le 2 Août 1914.


Insigne du 42° bataillon de chasseurs à pied
Auguste MICHEL était soldat de 2nde Classe. Il est mort le 13 Septembre 1916 à Cléry (Somme ). Son décès a été officialisé par le jugement rendu par le tribunal de la Seine le 15 Juillet 1921.

Son corps n'a pas été retrouvé, il n'a pas de sépulture autre que le monument aux morts qui est une tombe symbolique.

Le bataillon a été dissout le 24 mars 1919 et reconstitué en 1939 puis dissout à nouveau en 1942.Ils ont un refrain : LE QUARANT DEUX MON VIEUX , N ENCAISS' PAS LES FOIREUX !

 Arianna ALLAIN 1ES3



Henri SANIAL, Lagny-sur-Marne

Henri SANIAL est né le 14 mai 1891 à Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne) et est mort le 30 mars 1915 à Vauquois (Meuse) à l'âge de 24 ans, tué à l'ennemi.Son grade était seconde classe et son matricule était le 438.A la page 710 du premier registre des  matricules de 1911 du bureau de recensement de Coulommiers,consultable sur le site des Archives de Seine-et-Marne, nous apprenons que ce jeune homme était peintre en bâtiment , avait les cheveux châtains et les yeux marrons. Il a été recensé à Coulommiers (Seine-et-Marne)en 1911.Il faisait partie du 76 ème Régiment d'infanterie qui a été fondé en 1854 et dissous en aôut 1988.

Insigne du 76eme régiment d'infanterie

Il est enterré dans la nécropole nationale "VAUQUOIS". Ce sont des ossuaires et sa tombe est la numéro 1. La bataille s'est déroulée sur la butte de Vauquois à 25 km à l'Ouest de Verdun: cette butte, tenue par les troupes allemandes à partir de fin septembre 1914, est attaquée sans succès par les troupes françaises en octobre 1914. En février 1915, les troupes françaises atteignent le sommet de la butte avec de fortes pertes, mais ne peuvent en faire partir les Allemands. À partir d'avril 1915, les combats se poursuivent par une «guerre de mines» jusqu'en avril 1918.

Thomas FAGARD, première ES3

BOURETTE Georges Henri, Thorigny-sur-Marne

Georges Henri BOURETTE est né le 26 octobre 1880 à Montévrain en Seine-et-Marne. Il a été recensé à 20 ans, à Auxerre. Il est entré au grade de sergent dans le 4ème Régiment d’Infanterie. Il est mort le 22 septembre 1914 à Cheppy, des suites de ses blessures. Il a été déclaré « Mort pour la France » le 18 avril 1917 par le tribunal de Meaux et le jugement a été transcrit le 5 juin 1917 à Thorigny-sur-Marne (77).

Le 4ème régiment d'infanterie est un régiment de l'armée de Terre, et il a été créé en 1776. De 1914 à 1918, le 4ème Régiment d’Infanterie a participé à la bataille de la Marne, à la bataille de Verdun ainsi qu’à d’autres batailles. Le sergent BOURETTE a combattu moins d’un an et a participé à la bataille de la Marne, qui a duré du 5 au 13 septembre 1914. Il est mort au début de la guerre, à 34 ans.
Insigne du 4ème Régiment d'infanterie


 Son nom ne figure pas dans « Sépultures de Guerre », donc son corps n’a jamais été retrouvé. Seul le monument aux morts de Thorigny-sur-Marne lui rend hommage.






Maxime LE CAVIL Première ES3

André SOLVET , Lagny-sur-Marne

André SOLVET est né le 22 octobre 1891 à Lagny-sur-Marne. Il fut recensé à Coulommiers le 24 août 1914. Il furent intégrés lui et son frère, Félix Pierre SOLVET, dans le 76e Régiment d’Infanterie de ligne avec le grade de deuxième classe. Le 76e régiment d’infanterie a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 9O°, d'avoir une double origine, d’être l’héritier des traditions de deux régiments : le 76e, et le 1er d’infanterie légère.

D'après le registre matricule des archives de la Seine et Marne, il avait les cheveux chatain moyen et les yeux bleu clair. Il faisait un mètre soixante-douze.

 Ce soldat décède le 24 août 1914, livré à l’ennemi à Noërs en Meurthe-et-Moselle. Il a par la suite été déclaré « Mort pour la France » sur le registre de Lagny le 21 janvier 1921. Malheureusement, son nom ne figure pas dans "sépultures de guerre" son corps n'a donc jamais été retrouvé. Seul le monument de Lagny lui rend hommage.




En arrière en repli, le 2ème Bataillon du 76ème et le bataillon du 46ème (croquis).

Fiona IANNACCONE 1ES3